Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Des attaques d’arrière-garde, qui ne laisseront pas de trace dans ce quinquennat

Publié par Quercus sur 11 Janvier 2017, 20:25pm

Catégories : #Donald Trump, #François Hollande, #économie, #entreprises

François Hollande tacle Trump en déclarant que « le chantage aux entreprises » n’est pas sa « conception de l’économie ».

 

Le président élu américain a prévenu que les entreprises américaines qui délocaliseraient pour baisser leurs coûts de production en subiraient « les conséquences »…

 

Donald Trump n’a pas encore pris ses fonctions que, déjà, il se fait tacler par François Hollande. Le président français a critiqué ce mardi, sans le nommer, le futur président américain et sa stratégie de maintien des emplois aux États-Unis, estimant que « faire du chantage » aux entreprises revenait à « faire des promesses verbales ».

 

« Il y a ici des représentants des entreprises françaises ou étrangères installées en France et qui contribuent par leurs investissements et leurs performances à créer de l’emploi, je les en remercie »,

 

a d’abord déclaré le chef de l’État qui présentait ses vœux aux partenaires sociaux, parmi lesquels de nombreux chefs d’entreprise.

 

 Ne pas faire du chantage ou de la pression sur les entreprises

 

« Il se trouve que telle n’est pas ma situation, mais quand même, ce n’est pas ma conception de l’économie »,

 

a ajouté François Hollande alors que le président élu américain a prévenu que les entreprises américaines qui délocaliseraient pour baisser leurs coûts de production en subiraient « les conséquences ».

 

« Ma conception de l’économie, c’est de pouvoir accepter l’ouverture avec des règles et ne pas faire du chantage ou de la pression sur les entreprises »,

a insisté le président français.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !