Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Décès d’une agricultrice française : nous ne pouvons plus tolérer l’inacceptable.

Publié par Quercus sur 25 Février 2017, 19:36pm

Catégories : #Agriculteurs, #NDA2017, #Anne Boisel, #Draveil

Aujourd’hui ouverture du Salon de l’Agriculture et une cohorte de politiciens se presse dans les stands régionaux pour déguster plutôt se goinfrer des productions de nos agriculteurs et pendant ce temps-là une mère de famille se suicide sur son exploitation face à l’indifférence totale de cette classe politique qui ferme les yeux d’une manière honteuse sur la détresse de ces gens, qui ne fait que promettre des hypothétiques avancées sur des futurs débouchés de leur production de manière à avoir la conscience tranquille.

-------ooOOoo-------

Hier, une femme s’est suicidée dans les Côtes-d’Armor. Cette femme était une agricultrice française de 47 ans, productrice de lait. Cette femme était une épouse, mère de deux enfants. Cette femme me ressemble tant. En vérité, j’aurais pu être cette femme.

Ce tragique décès nous alerte sur l’extrême péril que vivent au quotidien celles et ceux qui n’arrivent plus à vivre de leur travail, ce travail qui nourrit pourtant tous les Français. Combien de temps tolérerons-nous encore qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours dans notre pays ?

La lâcheté politique est criminelle. La situation exige des mesures aussi urgentes qu’indispensables pour faire face à la détresse des agriculteurs. Elles peuvent être mises en place sans délais :

- le rétablissement immédiat des prix garantis planchers et la régulation de certaines productions comme le lait ;

- la suppression de la directive des travailleurs détachés ;

- le dégraissage de normes et réglementations absurdes ;

- un plan de désendettement des exploitations en difficulté ;

- le rejet des traités déloyaux de libre-échange comme le CETA, etc.

Il convient également de renégocier la PAC pour enfin renouer avec son objectif initial : la protection du marché européen et la garantie du revenu des agriculteurs.

La disparition de ma collègue doit réveiller nos consciences, je ne l’oublierai pas.


Anne Boissel
Vice-présidente de Debout La France
Agricultrice, éleveuse, maire de Saon dans le Calvados

Les 10 mesures concrètes de Nicolas Dupont-Aignan

 

Nous devons ainsi retrouver notre influence au niveau européen et mondial pour sauver l’agriculture française, soutenir et protéger nos agriculteurs par le biais notamment de baisses de charges.

Ce mardi 13 décembre, la commission des comptes de l’agriculture de la nation a publié le compte prévisionnel de l’agriculture pour l’année 2016. Les chiffres sont alarmants. La production de la branche agricole hors subventions chuterait en volume (- 6,1 %). Cette baisse s’accompagnerait d’un repli des prix (- 0,8 %), se traduisant par une perte importante en valeur (- 6,9 %). Les revenus nets de la branche agricole par actif non salarié pourraient chuter de 26 % cette année.

 

Les revenus agricoles ont été plombés par une météo qui a amputé les récoltes or, dans le même temps, les prix n’ont pas augmenté en raison de la concurrence des produits étrangers. La fin des quotas laitiers a lourdement pesé sur les revenus des producteurs.

Les éleveurs bovins et porcins ont également souffert des pressions à la baisse sur les prix et de réglementations tatillonnes qui rendent leur quotidien insupportable.

Aujourd’hui, nos agriculteurs ne peuvent plus vivre de leur métier : une crise économique et sociale d’une ampleur terrifiante ronge un monde agricole en danger de mort.

Rien n’est perdu, mais le redressement passe par des politiques radicalement différentes de celles qui ont été menées sous les gouvernements Valls et Fillon, notamment la suppression des quotas laitiers décidée pendant le mandat Fillon et appliquée par M. Valls.

Nous devons ainsi retrouver notre influence au niveau européen et mondial pour sauver l’agriculture française, soutenir et protéger nos agriculteurs par le biais notamment de baisses de charges.

Dans ce contexte, Debout la France propose 10 mesures concrètes :

1.Instaurer une exception agricole à l’OMC et dans tous les accords commerciaux sur le modèle de l’exception culturelle.

 

2.Renouer avec la PAC et ses 3 volets ; préférence communautaire, prix garantis et quotas. L’Europe doit protéger son marché et n’autoriser que les importations ne faisant pas obstacle à la réalisation de sa politique d’indépendance alimentaire en instaurant un mécanisme de droits de douane variables. Si nous ne sommes pas écoutés, nous rétablirons une politique agricole nationale.

3.Instaurer et tenir au sein d’un tunnel « maximum-minimum » des prix garantis pour les grandes productions agricoles telles que les céréales, le lait ou les viandes grâce à une régulation adaptée des productions et des marchés.

4.Refuser les traités transatlantiques.

 

5.Exiger l’étiquetage obligatoire du pays d’origine des produits ! Les consommateurs sont dupés par l’opacité créée par certaines marques qui utilisent des slogans pour cacher l’endroit où ils s’approvisionnent.

6.Privilégier les circuits courts dans le domaine agricole.


7.Alléger les cotisations sociales agricoles qui pèsent sur nos exploitations et leur font perdre des parts de marché notamment vis-à-vis de l’agriculture allemande.

8.Mettre fin à l’accumulation des normes et des réglementations écologiques toujours plus absurdes.

 

9.Permettre une validation plus souple des trimestres de cotisation vieillesse pour les femmes d’agriculteurs qui ont œuvré à l’activité du conjoint et le choix des 25 meilleures années pour le calcul de la retraite des exploitants.

 

10.Restructurer la dette des agriculteurs surendettés en créant un fonds pour lequel l’État serait prêteur en dernier ressort et inciter les banques à financer leurs projets.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !