Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Une communication du MIL - Emmanuel MACRON un SOCIALISTE HONTEUX

Publié par Quercus sur 5 Février 2017, 22:19pm

Catégories : #MIL, #Macron, #Campagne présidentielle

 

Emmanuel Macron est un socialiste.

Il a été membre du PS et a participé successivement aux activités de multiples clubs de réflexion de la gauche socialiste (Jean Jaurès, Terra nova, etc.). Sa carrière a été promue par Jacques Attali, ancien conseiller spécial de François Mitterrand, de 1981 à 1991, et d’autres personnalités socialistes. A l’Elysée, il a servi François Hollande pendant plus de 4 ans, d’abord comme conseiller, puis comme secrétaire général adjoint en charge de l’économie. Enfin, il est devenu ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique dans le gouvernement Valls, jusqu’à l’été 2016.

En avril 2016, il a créé un nouveau parti politique dénommé : «En marche !»,

qui est l'association principale, mais aussi une «Association de financement du parti «Association pour le renouvellement de la vie politique»», qui a reçu l'agrément de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, permettant de recevoir des dons. Rien d’innovant dans la formule mise en place.

Le parti « En marche ! » soutient la candidature de Macron et prépare la présentation de 577 candidats aux législatives de 2017, pour conquérir le pouvoir dès le printemps.

Richard Ferrand, député PS du Finistère, en est devenu le secrétaire général. 

Une équipe de technocrates de gauche a rejoint le parti pour assurer son fonctionnement. Rien d’antisystème, mais, au contraire, une caricature de la classe politico administrative française mondialiste à l’image de l’énarque, inspecteur des finances puis banquier, Emmanuel Macron.

Macron a déjà reçu le soutien d’une trentaine de parlementaires membres du Parti socialiste (PS) et du Parti Radical de Gauche (PRG).

Plusieurs parlementaires viennent de le rejoindre suite à la victoire de Benoit Hamon à la primaire socialiste. D’autres élus socialistes devraient suivre dans les semaines qui viennent. Le parti est parrainé par le sénateur maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, qui s’efforce de mobiliser en sa faveur le soutien d’élus locaux socialistes.

La communication menée par ce parti politique a comme premier but de le dégager de sa filiation avec le quinquennat de François Hollande, même si Emmanuel Macron en a été l’un des principaux architectes.

Le parti est donc officiellement présenté comme «progressiste» et non comme «socialiste».

Le terme de «progressiste» est couramment utilisé par les socialistes. Il n’y a donc là aucune contradiction idéologique. Certaines personnalités connues et une poignée d’élus centristes s’y sont laissé prendre, pour l’instant, sans analyser la réalité de la candidature socialiste de Macron. Ce sont les idiots utiles (au sens de Lénine) qui retrouvent dans ce parti des opportunistes ambitieux pour faire carrière dans la foulée de Macron.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) 

considère qu’Emmanuel Macron est un socialiste honteux prêt à tout pour ne pas porter le passif du bilan du quinquennat Hollande. Il développe un discours flou et joue la confusion des idées. Il semble décidé à ne pas présenter de programme en se contentant de quelques grandes orientations pour éviter une identification politique claire.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) constate donc, qu’en 2017, deux candidats socialistes concurrents se présentent aux suffrages des Français : Benoit Hamon et Emmanuel Macron.

Ils incarnent deux sensibilités socialistes différentes, mais ont vocation à se retrouver au second tour pour maintenir un pouvoir socialiste en France.

Le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) juge qu’Emmanuel Macron doit être un des adversaires de tous ceux qui souhaitent rompre avec le socialisme.

En effet, il existe un risque sérieux de le voir escroquer les électeurs en menant une campagne floue et mensongère, en s’appuyant sur des journalistes attachés à sauver la gauche à tout prix (sa couverture médiatique est déjà très excessive) et en mobilisant divers réseaux d’intérêts économiques pour disposer d’un financement de campagne puissant.

 

C’est pourquoi le Mouvement Initiative et Liberté (MIL) lance une campagne militante sur le thème :

« Macron socialiste honteux ».

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !