Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


La charge d'un groupe de hauts fonctionnaires contre le programme d'Emmanuel Macron

Publié par Quercus sur 13 Mars 2017, 21:48pm

Catégories : #Macron, #Programme, #Campagne présidentielle

Le Cercle Necker a passé au crible le programme économique du candidat d'En Marche. Pour ce groupe de hauts fonctionnaires, le compte n'y est pas.

Un timide compromis entre la gauche et la droite. C'est le constat établi par un groupe de hauts fonctionnaires sur le programme économique d'Emmanuel Macron. Réunis sous la bannière du Cercle Necker, ces spécialistes de la politique économique vilipendent une « macronomie » qu'ils ne jugent ni sociale ni libérale.

En voulant satisfaire la droite de la gauche et la gauche de la droite, Emmanuel Macron livrerait un programme fort peu ambitieux qui risque de n'être qu'une continuation du hollandisme, poursuivent-ils.

Le Cercle Necker va plus loin. « Le programme d'Emmanuel Macron, c'est la France maintenue dans son déficit et le creusement de son stock de dettes. Le candidat du compromis soi-disant social-libéral fait, comme ses prédécesseurs, le pari du temps. Il espère naïvement que les marchés lui laisseront éternellement du répit. Le courage politique attendra. Tout comme le retour de la France à la prospérité et au progrès social ».

Leurs arguments dans le détail.

Programme économique : « Derrière une présentation avantageuse, aucun changement d’orientation »

Fiscalité des entreprises : « Une baisse à dose homéopathique »

Fiscalité des ménages : « Une répartition injuste et inefficace »

Dépense publique : « La contenir… mais moins encore que sous Hollande »

● Nombre de fonctionnaires : « Un gain de productivité inférieur à 1% par an »

Sécurité sociale : « Un grand manque d’ambition »

● Déficits et dette publics : « Un scénario intenable »

Un haut fonctionnaire enfonce le clou :

 Son programme pour la relance sera

« financé par des taux d'intérêt bas  »!

Pari dangereux sur l'avenir, quand on sait que le montant des intérêts payés en 2005 était le même qu'aujourd'hui, pour un encours deux fois moindre - et qu'il pourrait donc être le double demain.

Quand on sait que la France fait partie des derniers pays à relever du déficit budgétaire excessif dans la zone euro, il y a de quoi s’inquiéter.

Source et suite lien ci-Dessous

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !