Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


« Ménager la chèvre et le chou » le programme d'Emmanuel Macron

Publié par Quercus sur 3 Mars 2017, 21:38pm

Catégories : #Jacques Sapir, #Macron, #Campagne présidentielle

« Ménager la chèvre et le chou » :

Jacques Sapir analyse le programme d'Emmanuel Macron

Quelques mesures empruntées au programme de Jean-Luc Mélenchon, un bouquet d'idées libérales et un manque de cohérence globale - d'après l'économiste Jacques Sapir, le programme d'Emmanuel Macron a peu de chances de convaincre de nouveaux électeurs.

RT France : Quelle est votre vision du programme d’Emmanuel Macron qui vient d’être présenté ?

Jacques Sapir (J. S.) : C’est la vision d’un programme qui en fait n’en est pas un. Il s’inscrit dans la continuité de ce qu’avait fait Emmanuel Macron quand il était au gouvernement ou quand il conseillait François Hollande. Quelques mesures prises sous un angle libéral mises à part, ce programme n’apparaît avoir aucune nouveauté par rapport à la politique économique que l'on connaît depuis les quatre-cinq dernières années. De ce point de vue, c’est à la fois un programme sans surprise et un programme sans beaucoup d’intérêt.

RT France : Notez-vous des points forts dans ce programme ?

J. S. : Il devrait y avoir des points forts. Le premier concernant le fameux nouveau modèle de croissance. Pourtant, quand on voit ce qui est écrit, on voit qu’Emmanuel Macron est allé faire ses courses dans le programme de Jean-Luc Mélenchon et qu’il ne donne aucun instrument pour mettre en place ce qu’il propose. La seule chose qu’il indique – la promesse de baisser l’impôt sur les sociétés de 33 à 25% - cela n’aura aucun effet sur le fameux nouveau modèle de croissance. Derrière un titre ronflant, il n’y a donc strictement rien, sauf deux ou trois choses qui ont été largement empruntées au programme de Jean-Luc Mélenchon.

RT France : Peut-on dire qu’il s’agit d’un programme de gauche ou de droite ?

J. S. : D’abord, comme j’ai dit, ce n’est pas un programme ; c’est une liste de mesures. Dans cette liste, à part des emprunts au programme de Jean-Luc Mélenchon, il y a des mesures qui apparaissent très libérales. Pour qu’on puisse parler d’un véritable programme, il faudrait qu’il y est une cohérence globale dans ce programme. Or, cette cohérence n’apparaît pas. S’il y a une cohérence qui apparaît, de manière un peu involontaire, c’est la cohérence avec ce qui a été fait en France depuis 2012, voire depuis 2007.

Il n’y a rien dans le programme qui permettrait à Emmanuel Macron d’élargir sa base électorale

RT France : Croyez-vous que ce programme pourrait séduire de potentiels électeurs ?

J. S. : Non, car pour que ce programme ait une utilité, il faudrait qu’il élargisse la base actuelle d’Emmanuel Macron.Sa base actuelle on la connaît : elle va de la droite du Parti socialiste jusqu’à une partie des électeurs potentiels d’Alain Juppé. Autrement dit, Emmanuel Macron apparaît comme un candidat du centre. Là-dessus il n’y a rien dans son programme qui lui permettrait d’élargir sa base électorale, que ce soit vers la gauche – car à part les mesures empruntées à Jean-Luc Mélenchon il n’y a rien de gauche dans ce programme – ou vers l’électorat de François Fillon, parce que là il devrait avoir une véritable cohérence républicaine dans son programme. Or ce n’est pas le cas. Donc cela reste un programme qui ménage la chèvre et le chou et qui ne présente en réalité aucun intérêt pour les électeurs qui ne sont pas d’ores et déjà convaincus par la personnalité d’Emmanuel Macron. On voit bien qu’il veut faire une campagne qui soit bien plus axée sur sa personnalité que sur son programme.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !