Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Quand Emmanuel Macron se met le doigt dans l’œil en nous parlant de colonialisme

Publié par Quercus sur 30 Avril 2017, 20:17pm

Catégories : #Macron, #Colonialisme, #Élections Présidentielles 2017

 

Lors de son voyage en Algérie, destiné à s’attirer les bonnes grâces (et les voix) des millions de binationaux Algériens vivant et votant en France, Emmanuel Macron a condamné, le 13 février, les 132 ans de colonisation française en ces termes :

« C’est un crime, un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes »…

-------ooOOoo-------

Un écrivain algérien s'exprime sur l'Algérie d'hier et d'aujourd'hui

Que reste-t-il du modernisme de la colonisation ? Rien à part le pétrole, le gaz, des gouvernants mafieux, un peuple dans la misère, des villes en décrépitude, une agriculture peau de chagrin (...).

Au temps de la présence française, l'Algérie était un beau pays, bien administré, plus sûr, même si certaines inégalités existaient. Beaucoup d'Algériens regrettent le départ des pieds noirs.

S'ils étaient restés, nous aurions à coup sûr évité notre tragédie.

Je suis un iconoclaste qui dénonce les mensonges de la guerre de libération.

J'ose toucher à un mythe fondateur, mais un mythe est fait pour être discuté.

L'Algérie a été construite par la France dont elle porte les valeurs du XIXème.

Alger est une ville squattée. Ils sont loin d'avoir trouvé les clés. Aujourd'hui, elle tourne le dos à la Méditerranée en regardant vers l'Iran et les pays arabes. Chez nous, les politiques s'expriment comme des imams ténébreux.

La France est le centre du monde par son immense culture et sa liberté. C'est le pays de l'équilibre par excellence.

La liberté est une notion riche et profonde en Occident. Ici, en guise de liberté, c'est le foutoir, l'apostrophe, l'insulte et la bagarre de rues (...) Il faut en finir avec ces bêtes immondes, avec ces barbares des temps obscurs, ces porteurs de ténèbres, oublier les serments pleins d'orgueil et de morgue qu'ils ont réussi à nous extorquer au sortir de ces années de guerre.

La lumière n'est pas avec eux et les lendemains ne chantent jamais que pour les hommes libres.

Boualem SANSAL (entretien paru dans Le Matin Algérie 15/01/2016)

 

Source :  http://jose.castano.over-blog.com/

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !