Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Thierry Mariani : « La France est en train de crever sous le sectarisme »

Publié par Quercus sur 30 Avril 2017, 20:40pm

Catégories : #NDA, #LR, #Élections Présidentielles 2017

À une semaine du deuxième tour de l'élection présidentielle, et au moment où Nicolas Dupont-Aignan a décidé de rallier Marine Le Pen, le député Les Républicains Thierry Mariani nous livre son analyse de la situation.

-------ooOOoo-------

Atlantico :

Que vous inspire le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan ? Un suicide politique de sa part, qui le menace d'un destin similaire à celui des présidents de région de Ia droite républicaine qui en 1998 s'étaient alliés au FN ? Ou l'ébauche d'une union des droites ?

Thierry Mariani :

Je pense qu’il ne s’agit ni d’un suicide, ni d’une ébauche d’une union des droites. Ce n’est pas un suicide car la situation de 1998 et celle de 2017 sont totalement différentes, ne serait-ce aujourd’hui que par la présence renforcée et de longue durée du FN dans le paysage politique.

Pour autant, je ne pense pas que ce soit une ébauche de l’union des droites, mais plutôt un choix logique.

Nicolas Dupont-Aignan s’est présenté à deux reprises à l’élection présidentielle ; à deux reprises, il n’a pas réussi à dépasser le seuil des 5%. Son choix consistait alors à demeurer le représentant d’un parti qui peine à se développer ou à s’accoler à une formation plus importante afin de lui donner des chances d’avoir un plus grand écho. Selon moi, il s’agit davantage d’une alliance de circonstance que d’un suicide ou d’un grand mouvement d’union.

Atlantico :

Que vous inspirent les réactions des personnalités de droite qui, très largement, condamnent sévèrement Nicolas Dupont-Aignan et la trahison de son engagement gaulliste, allant pour certaines jusqu'à le qualifier de "collabo" et de "pétainiste" ?

Thierry Mariani :

Il est quand même surprenant qu’à chaque fois, dans la vie politique française, on en soit à se baser sur des références et un vocabulaire relatif à des évènements –même s’il ne faut pas les oublier – qui ont plus de 60 ans.

Vu la débâcle de la droite, je pense qu’il ne sert à rien d’ajouter ce type d’escalade verbale. Cela n’a aucune influence sur les électeurs. Je trouve cela très excessif.

Personnellement, je ne partage pas le choix de Nicolas Dupont-Aignan, mais c’est un choix qui, selon moi, lorsqu’on regarde ses opinions politiques, n’est pas contradictoire.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !