Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Le Professeur Joyeux lance la résistance aux onze vaccins obligatoires : vers une clause d’exemption ?

Publié par Quercus sur 7 Juillet 2017, 23:08pm

Catégories : #Santé, #Vaccins

Après avoir annoncé que le nombre de vaccins infantiles obligatoires passerait de trois à onze, le gouvernement semble assouplir sa position face à la colère qui gronde. Il a annoncé ce jeudi son intention de créer une « clause d’exemption », afin de permettre aux parents qui refusent de faire vacciner leur enfant de se soustraire à cette obligation.

« Renforcer la couverture vaccinale qui est aujourd’hui trop faible pour être pleinement efficace.» :

Emmanuel Macron ne parlait pas de onze vaccins obligatoires dans son programme de campagne, mais avait déjà survolé ce qu’Edouard Philippe a annoncé hier, mardi 4 juillet, devant l’Assemblée, à l’occasion de son premier discours de politique générale;

« L’an prochain, les vaccins pour la petite enfance, qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé, deviendront obligatoires »

a-t-il déclaré.

Le cabinet d’Agnès Buzyn a communiqué au sujet des modalités pratiques :

« En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans. (…)Tous les vaccins obligatoires seront pris en charge à 100 % : 65 % de leur prix est remboursé par l’Assurance maladie, 35 % par les assurances complémentaires qui offrent un « contrat responsable »

Quelles seront les modalités d’imposition (poursuites contre les parents récalcitrants ? Peines de prison ? …) ? Impossible de le savoir.

Une véritable déclaration de guerre faîte à tous ceux qui doutaient déjà de l’obligation vaccinale concernant le DTP (Dypthérie-Tétanos-Polyo) – obligation vaccinale qui n’est pas en vigueur dans une majorité de pays européens.

Une conséquence par ailleurs de l’impossibilité de l’État à endiguer la propagation de certaines maladies disparues et qui reviennent via les centaines de milliers de migrants qui débarquent sur les côtes d’Europe ; ce sont les Français qui en feront donc les frais, pas eux.

Pour se réconcilier avec les vaccinations : 7 mesures de prudence avant toute nouvelle Loi

  • Mettre fin à l’impunité des laboratoires qui a pour conséquences de les déresponsabiliser, de ponctionner les contribuables pour les éventuelles erreurs, et de rendre très difficile les démarches des victimes.  En 1989, le congrès américain a voté l’impunité des fabricants de vaccins en cas de complications. Nous ne devons pas subir en France et en Europe de telles décisions.
  • Calquer l’homologation des vaccins sur celle des médicaments. Elle est aujourd’hui beaucoup moins exigeante.
  • Interdire tout additif qui serait totalement proscrit dans l’alimentation ou considéré comme toxique dans l’environnement. C’est déjà le cas pour les vaccins vétérinaires !
  • Ne pas imposer de vaccins inutiles comme le demande mon collègue expert des maladies infectieuses le Pr Didier Raoult dans le Point du 8 janvier 2017.
  • Tenir compte de l’âge auxquels apparaissent les risques de l’hépatite B, des papilloma virus, pour ne pas vacciner de façon trop précoce des nourrissons au système nerveux fragile et au système immunitaire immature.
  • Exclure du processus de décision les personnes en situation de conflit d’intérêt (qui se reconnaissent comme telles, directement ou au travers de leur entourage).
  • Mettre en place un réseau de vaccino-vigilance.

…………………………………. Etc, etc, …………………………………….

Source et suite de l’article : suivre le lien ci-dessous

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !