Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


Application du CETA dès le 21 septembre : comment Emmanuel Macron a une nouvelle fois trompé les Français

Publié par Quercus sur 20 Septembre 2017, 21:20pm

Catégories : #CETA, #Macron, #NDA

 

Pendant toute l’élection présidentielle, M. Macron avait joué l’ambiguïté sur ce dossier. Une nouvelle fois, le Président de la République a trompé les Français en cachant la vérité sur ses véritables intentions.

Il avait même annoncé une mission pour tout remettre à plat !

Alors même que cette équipe de spécialistes missionnée par le Président de la République a rendu un rapport accablant sur cet accord commercial, les deux secrétaires d'Etat français, Jean-Baptiste Lemoyne (Affaires étrangères) et Brune Poirson (Transition écologique et solidaire), ont annoncé qu’il n’y aurait ni report ni gel du traité !

Cet accord met pourtant gravement en danger la souveraineté alimentaire de la France et menace l’identité de nos terroirs et de notre agriculture. 

Les normes appliquées au Canada offrent des protections bien moindres que leurs homologues européennes. L’harmonisation entre nos législations pourrait avoir pour conséquence une baisse significative du niveau de protection des consommateurs en Europe et un impact négatif sur le climat.

La libéralisation des échanges, et notamment en matière d’agriculture, va pousser l’Europe à s’aligner sur les normes canadiennes, bien moins moins exigeantes en matière de pesticides, d’OGM et d’activateurs de croissance (hormones, antibiotiques). De même, les quotas de viande qui augmentent vont déstabiliser toute la filière de l’élevage français !

Si ce traité est adopté, les OGM, la viande traitée aux hormones ou encore le poulet désinfecté au chlore feront partie du quotidien des Français sans qu’ils puissent s’y opposer !

Enfin, cet accord va acter l’impuissance des Etats face aux multinationales, le principe de précaution n’étant même pas pas mentionné dans cet accord !

C’est pour cela que seul un référendum, pour permettre à chaque citoyen de prendre conscience de la gravité de cet accord, pourrait donner un coup d’arrêt à cette politique du pire. 

 

Nicolas Dupont-Aignan

Député de l’Essonne

Président de Debout la France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !