Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


L’État supprime les aides au maintien de l’agriculture bio

Publié par Quercus sur 22 Septembre 2017, 22:44pm

Catégories : #Agriculture, #BIO, #Consommateurs

Le ministre de l’Agriculture recentre les aides sur le soutien aux nouveaux producteurs, provoquant l’incompréhension de la filière.

-------ooOOOo-------


En choisissant de ne plus soutenir les aides au maintien, l’État est en accord avec le syndicat agricole FNSEA.

« Il y a un arbitrage à faire entre aide à la conversion et aide au maintien. La priorité, c’est l’aide à la conversion. Pour l’aide au maintien, nous pensons que c’est au marché de prendre le relais »,

affirmait Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, en juillet.

Une position soutenue par Pascal Viné, directeur général de Coop de France, l’organe représentatif de la coopération agricole française.

« Il faut que le marché rémunère le bio. Il serait bien qu’il n’y ait plus une aide au maintien spécifique. »

Le syndicat Confédération paysanne qualifie, lui, de

« nouveau renoncement »,

la décision prise par M. Travert.

« Le ministre dit clairement au monde agricole et à la société : le marché décidera », affirme-t-il dans un communiqué. D’autant qu’il considère comme urgent de « légiférer à l’issue des États généraux de l’alimentation pour rééquilibrer le rapport de force entre les paysans et l’aval, et que l’État réendosse la responsabilité qui est la sienne, à savoir engager et accompagner la nécessaire transition agricole ».

Pour la FNAB,

« la suppression des aides au maintien est un déni des services environnementaux rendus à la collectivité par le bio ».

Elle s’interroge également sur l’ambition politique pour l’agriculture bio, alors que M. Travert a fixé un objectif de 8 % des surfaces agricoles utiles en bio d’ici à 2020, contre 6,5 % actuellement.

La FNAB estime que l’État doit se fixer un

« objectif ambitieux d’être le premier pays bio d’Europe avec 20 % des surfaces agricoles utiles bio, en 2022 ».

 

Source et suite : lien ci-dessous

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !