Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


L'industrie chimique américaine demande à la France de ...............

Publié par Quercus sur 2 Septembre 2017, 21:15pm

Catégories : #glyphosate, #Sécurité publique

L'industrie chimique américaine a demandé ce jeudi à la France de cesser de s'opposer à l'utilisation du glyphosate dans l'UE, présent notamment dans le Roundup de Monsanto.

La position de Paris sur le renouvellement pour dix ans de la licence du glyphosate dans l'Union européenne, agace l'industrie chimique américaine. L’American Chemistry Council (ACC), consortium américain d'entreprises du secteur de la chimie l'a fait savoir ce jeudi. 

Le ministère français de la Transition écologique a annoncé mercredi que Paris s'opposerait à la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du glyphosate, lors d'un vote qui doit avoir lieu le 4 octobre au sein d'un comité d'experts des pays européens. L'herbicide controversé le plus répandu en Europe entre notamment dans la composition du Roundup, le produit phare de Monsanto

"L'innocuité du glyphosate est avérée", assure le lobby américain de la chimie

Dans le communiqué publié ce jeudi, Anne Kolton, vice-présidente de l'ACC, a demandé à la France de reconsidérer son intention de s'opposer à l'utilisation dans l'UE. "L'innocuité du glyphosate est avérée. Les organismes de réglementation du monde entier, et notamment européens comme l'Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA) et l'Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA), concluent que le glyphosate n'est pas cancérogène. Nous exhortons la France à reconsidérer sa décision et à prendre en considération les conclusions de ces organisations", plaide le document. "La politique publique doit être fondée sur des faits scientifiques avérés, et non sur des déclarations incendiaires", poursuit l'ACC.

Des documents déclassifiés par la justice américaine en mars, montraient pourtant que la direction de Monsanto s'inquiétait sérieusement dès 1999 du danger potentiel du glyphosate. 

Source et suite lien ci-dessous

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !