Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draveil ~ News

Draveil ~ News

Politique et Économie Départementale (Essonne) - Nationale et Européenne - En résistance depuis Mai 2012


« Président raté », « ego démesuré » : une tribune,explosive dans le New York Times

Publié par Quercus sur 8 Septembre 2017, 20:18pm

Catégories : #Politique Française, #*Macron

« Président raté », « ego démesuré » : une tribune dans le New York Times assassine Macron

-------ooOOoo-------

Dans une tribune publiée dans le prestigieux quotidien américain, un professeur d'université attribue la chute de popularité du président français au "macronisme": cette manie du chef de l'État

-------ooOOoo-------

Le 9 mai, au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle, la presse internationale poussait un soupir de soulagement. Marine Le Pen avait été battue, et pour beaucoup, l'élection d'Emmanuel Macron était de bonne augure. Aux États-Unis, le New York Times y voyait notamment

" un nouvel espoir pour l'Europe ".

Quatre mois plus tard, presque jour pour jour, le ton a bien changé.

De ce côté de l'Atlantique, la popularité du chef de l'État s'effrite, forçant nos voisins à s'interroger sur les raisons de ce désamour. C'est ce qui est fait dans le New York Times. Dans une tribune publiée ce jeudi, Chris Bickerton, qui enseigne la politique européenne à l'université de Cambridge, assassine le président français et sa politique.

" Son projet politique entier est bien trop concentré sur sa personnalité. Son attrait vient essentiellement de sa jeunesse, de son dynamisme, de son allure et de ses qualités oratoires ",

estime le New York Times.

" Cette approche hyper-personnalisée comporte toujours le risque qu'une fois le charme rompu, il ne reste rien à ses soutiens pour l'apprécier, ce qui est exactement en train de se passer ",

poursuit le journal, qui évoque notamment l'épisode du Congrès de Versailles et son impact sur les Français,

" irrités par ses accents monarchiques ".

" Son attitude arrogante à l'égard du pouvoir a détruit l'image anti-establishment qu'Emmanuel Macron a cultivé durant sa campagne ",

estime aussi l'auteur.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !